............Chapitre 7*****ChaPitre 7*****............

.
.
.


Publication : 24 Février 2O1O

Il était ballotté dans tous les tous les sens, son souffle était court du à la douleur qui lui semblait si familière et un mal de tête fulgurant lui vrillait le crâne. Il ne se sentait vraiment pas bien. Il entendait des voix, il y avait des gens autour de lui et soudainement, il fut étendu et ne bougea plus pendant quelques secondes.

Il ne savait pas que Tom venait de le faire quitter le navire pour l'amener de toute urgence chez le meilleur médecin d'Evaneos. Il était si cher que le client était rare et qu'il avait été forcé de partir plus souvent en mer pour pouvoir vivre. L'homme l'avait ausculté à peine pendant quelques minutes, personne n'avait rien osé dire, il avait tout compris seul et avait utiliser des planches de bois et des lambeaux de vêtements pour créer une sorte de plâtre autour du buste de Bill, l'empêchant ainsi de respirer trop fort et de se faire mal.

Bill n'avait fait que dormir et manger pendant trois jours avant que cela n'arrive. La douleur commençait doucement à se faire moins forte et il retrouvait peu à peu ses esprits. Il n'avait pas vu Tom depuis deux jours déjà et il ne s'en portait pas plus mal. Il avait peur. En plus de souffrir le martyr dû à la côte qu'il lui avait brisée, Bill avait peur que le capitaine ne revienne. Il tentait de remettre de l'ordre dans ses pensées quand la porte s'ouvrit sur une silhouette qu'il connaissait plus que bien.

« B-bushido ? » Demanda-t-il doucement.

L'homme sourit légèrement et s'assit sur le bord du lit, caressant affectueusement les cheveux de l'androgyne.

« Comment est-ce que tu vas gamin ? »
« Pas trop bien ... »
« Où est-ce que tu étais passé ? Je me suis inquiété pendant tout ce temps ! »


Bill se pinça les lèvres et tourna très légèrement la tête vers l'homme. Moins de mouvement il ferait, mieux se serait.

« C'est ... C'est ... »
« Bushido. »


Les mains de l'androgyne se crispèrent automatiquement sur les draps alors qu'une silhouette bien plus massive que celle du pirate assis à ses côtés passait le pas de la porte restée entrouverte.

« Qu'est-ce que tu fais ici ? » Demanda abruptement Tom en entrant, Bill détourna le regard, refusant de ne serait-ce que le voir du coin de l'½il.

Bushido eut du mal à retenir un léger rire avant de redevenir extrêmement sérieux.

« Il est à moi Kaulitz. »

Bill ne bougea toujours pas, laissant une main possessive se resserrer autour de son poignet. Tant que ce n'était pas celle de Tom, il laisserait faire.

« Je crois que toi et moi devons parler. » Lâcha le dreadeux d'un ton cinglant.

Bushido soupira et fit un dernier sourire à Bill avant de se baisser pour lui embrasser le front.

« Essaye de dormir gamin, ça t'évitera d'avoir mal. »

Bill lui sourit et hocha doucement de la tête.

« Oui. »

Il tourna la tête à l'opposé des deux pirates et ferma les yeux. C'est vrai, peut-être qu'en dormant plus, ça irait mieux ...

...

Les deux hommes se retrouvèrent dans une petite salle à manger, celle du médecin, et s'y installèrent alors que celui-ci était déjà présent à la table. Il releva les yeux de plusieurs papiers semblant importants.

« Messieurs. »
« Docteur, »
Commença Tom. « Nous avons un problème quant à l'appartenance du garçon que vous soignez là-haut. »
« Et en quoi puis-je vous aider ? »
« En l'attribuant à l'un de nous. »


L'homme se redressa sur sa chaise.

« Bien. Qui l'a eu en premier ? »
« C'est moi. »
Dit Bushido.
« Quelle âge avait-il ? »
« Euh ... environ dix ans. »


Tom leva les yeux au ciel alors que le médecin fronçait les sourcils.

« Comment l'avez-vous acquis ? »
« Je l'ai acheté lors d'une vente aux enchères quand son précédent propriétaire a fait faillite. »
« Vous a-t-il sexuellement servi ? »
« N-non ! Non Mon Dieu non ! Il a dansé et chanté pour moi et mes hommes pendant les années qui viennent de s'écouler ! »
« Mm. Et vous ? »
Demanda-t-il en se tournant vers Tom. « Comment est-il arrivé jusqu'à vous ? »

Tom resta silencieux quelques secondes avant de relever le visage vers le médecin, le fixant droit dans les yeux.

« Je l'ai séduit. »

Un lourd silence plana alors que Bushido serrait les poings contre la table. Bill ne serait jamais parti en pleine nuit, sans rien dire, ils étaient bien trop attachés l'un à l'autre pour cela. Si ça s'était réellement passé ainsi, il serait au moins venu lui dire adieu, il en était sûr.

« Donc il est monté sur votre bateau de son plein gré ? »
« Oui. »


Le médecin fronça les sourcils.

« Comment s'est-il blessé ? »
« Un accident sur le bateau, c'est si vite arrivé. »
« C'est-à-dire ? »
« IL MENT DOCTEUR ! IL MENT COMME UN ARRACHEUR DE DENTS ! »
Hurla Bushido, tapant son poing contre la table.
« Asseyez-vous Monsieur, asseyez-vous. Laissez donc ce pauvre garçon se reposer. »

Le mécontent s'assit en fixant le dreadeux droit dans les yeux. Si un regard pouvait tuer, Tom serait déjà mort depuis longtemps. Le médecin reprit la parole.

« Vous a-t-il sexuellement servi ? »
« Oui. »


Le regard de Bushido se fit plus qu'assassin.

« A-t-il été bien traité lors de son séjour sur votre bateau ? »
« Bien sûr. Tous mes hommes sont bien traités. »
« Mm. »


Le médecin sembla réfléchir quelques instants.

« Comment se portent vos finances mon ami ? Cela fait bien longtemps que vous n'avez plus pris la mer. »

La question était destinée à Bushido et l'homme détourna le regard, le fixant sur l'une des chaises vides trônant autour de la table.

« Les ressources commencent à s'épuiser. Je vais bientôt reprendre la mer avec mes hommes. »
« Et vous Monsieur Kaulitz ? »
« Tout va pour le mieux, nous revenons de Tortugaa où nous avons vendu de la marchandise, j'ai conservé un rouleau du tissu le plus fin. Si Bill sait si bien danser, il lui faudra un vêtement pour se produire quand nous reprendrons la mer. »
« Pouvez-vous, Bushido, vous permettre d'offrir un vêtement de luxe à Bill pour l'instant ? »
« Non, Monsieur. »
« Bien, je pense que les choses sont claires. Le garçon appartient à Monsieur Kaulitz à partir de maintenant. »


Bushido souffla de rage avant de se lever brutalement de sa chaise. Il se retourna sur le pas de la porte.

« Je reviendrai plus tard. »

La porte claqua et Tom se leva pour aller voir Bill.

« Tom. »

Le dreadeux se tourna vers l'homme de santé.

« Si jamais j'apprends encore une fois que le garçon est revenu à Evaneos après « un accident » sur votre bateau, je ne le laisserai plus quitter la ville. Ai-je été assez clair ? »

Le Capitaine hocha une brève fois de la tête.

« Plus qu'assez, Docteur. »

Il quitta la pièce et souffla doucement tout en gravissant les quelques marches menant à l'étage. Il n'avait plus le droit à l'erreur à présent.

...

Les nuits suivantes, Tom les passa au chevet de l'androgyne, faisant lui-même baisser les poussées de fièvres grâce à un linge humide et frais. Ils n'avaient pas échangé un seul mot et quand une semaine fut passée, le médecin autorisa Bill à s'asseoir à nouveau. Il fut capable de manger et boire seul et quelques jours plus tard, de se lever. Un bain fut le bienvenu quand l'homme lui retira l'attelle au bout de presque deux semaines et malgré le fait qu'il du bouger précautionneusement, il profita de son bain comme jamais avant. À la fin de la seconde semaine de convalescence, il pu marcher seul sans avoir mal et c'est d'une humeur rayonnante malgré la présence proche de Tom qu'il salua le médecin, le remerciant pour ses bons soins et son attention. Une fois Bill dehors, Tom lança une grosse bourse remplie de pièces d'or à l'autre homme.

« J'espère que l'on ne se reverra pas. »
« Je l'espère tout autant. »


Le ton était plus que sérieux, comme si juste avant qu'il ne parte, le médecin avait voulu lui rappeler son avertissement. Tom comprit le message plus que bien.

...

Ils étaient dehors, dans les rues sombres de la ville et Bill courait joyeusement devant lui, exécutant de parfais jetés et quelques pirouettes qui firent doucement sourire Tom.

« Bill, par ici. »

Il avait dit que Bill aurait un vêtement, alors il allait en avoir un.
Les yeux du jeune androgyne sortirent pratiquement de leurs orbites quand Tom l'entraîna dans un atelier de couture.

« La patronne, et vite. »

Une grosse femme blonde munie d'un décolleté pigeonnant se présenta à lui, lui jetant un regard charmeur et ignorant totalement le jeune garçon qui se tenait juste à côté de lui.

« Capitaine Kaulitz, c'est pour ? »
« Un vêtement pour ce garçon. »


La femme se redressa de son appui contre son haut comptoir et avança vers le garçon, un mètre à la main.

« Quel type de vêtement ? »
« Un avec lequel il pourra aisément danser. »
« J'ai ce nouveau modèle venant tout droit des Orients. Assez ample et court, confortable et je peux le tailler dans n'importe quelle étoffe. »
Dit-elle en prenant les mesures de l'androgyne silencieux.
« Mm, oui, pourquoi pas. Faites-en donc un. Je ferais amener le rouler de tissu demain à la première heure. Je veux que le vêtement soit prêt le plus vite possible. »
« Tout est payable à l'avance. »
Lâcha-t-elle automatiquement.

Tom se posta devant le comptoir alors que le regard de Bill voyageait de tissu en tissu, de modèle en modèle.

« C'est une pièce d'or et une d'argent. »

Le Capitaine paya et quitta la boutique en entraînant Bill derrière lui. Une question brûlait les lèvres de l'androgyne, mais il n'osa pas la poser, restant légèrement en retrait alors qu'ils se dirigeaient vers l'auberge la plus proche.

Quelques cris se faisaient entendre derrière eux, mais Tom ni prêta pas attention, c'est quand Bill tira doucement sur sa chemise qu'il baissa les yeux vers lui, sortant de ses pensées.

« Il y a ces hommes qui nous suivent depuis que nous sommes sortis de la boutique. Ils me hurlent des propositions vulgaires et ils se rapprochent ... » Souffla-t-il doucement.

Effectivement, le Capitaine n'y avait pas fait attention, mais quelques hommes ivres les suivaient et lançaient à Bill des regards lubriques et un peu vitreux. Tom passa un bras autour de ses épaules et le rapprocha de lui.

« Viens plus près. »

Le dreadeux surveilla les hommes jusqu'à ce qu'ils arrivent à l'auberge et Bill ne lâcha pas sa chemise. Un peu plus tard, quand ils se couchèrent dans le même lit, Bill accepta que Tom embrasse son dos nu en guise d'excuses et qu'il lui tienne chaud le reste de la nuit.

.
.
.


By Guess' ® & Cassouille_____

.
.
.


_____ Bon, ça commence à bouger un peu ; )

.
.
.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.225.59.14) if someone makes a complaint.

Comments :

  • un-amour-sanglant

    08/03/2011

    Et re Tom gentil ^^
    Il serait un peu lunatique lui ? ^^

  • tokiohotel57350

    10/10/2010

    hannnnnnnnnnnn c'est trop mignon vers la fin *-*

  • buble-gum-barbe-a-papa

    31/08/2010

    j'ai l'impression que Tom sen veut de se qu'il a fait a Bill, Mais c'est quand même un salle type avec Bill mais c'est intéressent =)

  • Wo-sind-deine-Hande

    29/07/2010

    Sa vance un tit peu tout ça =)

    Bzeuh, TK.

  • Ga-t-pou-h

    29/04/2010

    J'adore , ça commence à être plus sérieux =)

    Xx
    Gapou

  • Ascention--emotive

    22/04/2010

    Cool! Mais Bill ne doit pas être trop naïf..

  • andrew-love-jason

    03/04/2010

    c super j aime bien ta fiction

  • Reves-Lugubres

    03/03/2010

    On veut la suite!! =)

  • xTake-MyHeart

    03/03/2010

    Bisouuus <3

  • xTake-MyHeart

    03/03/2010

    <3

Report abuse